1

Une délégation du SNCA-CGT reçue à l’APCM

délégation greve mars 2016

 

Dans le cadre des dispositions concernant le dialogue social et dans le cadre du préavis de grève du 31 mars 2016, M. Moutot, secrétaire Général de l’APCM a reçu une délégation du SNCA composée de Patrick Dosseul (secrétaire Général du SNCA), Didier Senseby et Sylvie Leven, (membres de la Commission Exécutive du SNCA-CGT).

 

 

La délégation a pu échanger avec les représentants des employeurs sur ces points :

Sur l’augmentation de la valeur du point bloqué depuis 5 ans :
L’APCMA réaffirme que c’est le gouvernement qui est responsable de la situation financière des CMA en omettant de dire que les choix budgétaires des CMA vont dans le sens d’une réduction des masses salariales.
Sur le maintien des secrétaires généraux non diplômés :
Monsieur MOUTOT nous a fait part du nombre de secrétaires généraux en place de façon illégale (ils sont 5 à ce jour). Nous allons par écrit demander confirmation de la mise en œuvre d’une procédure de retrait de ces secrétaires généraux.
Sur les délais de remboursement des frais de déplacement des représentants syndicaux en commissions paritaires :
Les représentants syndicaux sont régulièrement remboursés deux à trois mois après l’engagement des frais. Monsieur MOUTOT s’engage à faire le nécessaire et nous a demandé de lui renvoyer le courrier posant cette problématique.




LA REFORME DU CODE DU TRAVAIL

Faisons lerubon1681 point sur le projet de loi de la ministre du travail, Myriam El Khomri, « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ». Tout bénef pour le Medef ! Ce texte offre en effet une liberté totale au patronat et constituerait s’il était adopté un recul historique des droits pour les salariés.

Toujours plus de flexibilité

Toutes les mesures envisagées visent à précariser toujours plus, flexibiliser toujours davantage les salariés pour faire baisser le « coût » du travail, afin de faire grossir les profits financiers et les dividendes versés aux actionnaires. C’est tellement vrai que le Président du Medef, Pierre Gattaz, soucieux de ses intérêts, vient de signer une pétition pour soutenir le projet de loi !

7 français sur 10 considèrent que le projet de réforme du code du travail constitue une menace pour les droits des salariés. Ils ont raison !

 

L’article ici

 




La formation continue en grande mutation

article monde

Rêvons. D’une société où chacun pourrait s’adapter sans douleur aux fulgurantes évolutions qu’exige son métier, pour garder son poste, ou en obtenir un. Où chacun pourrait changer de profession, qu’il le souhaite ou y soit contraint, et acquérir facilement les compétences pour y parvenir.

Cette « formation continue tout au long de la vie » est aussi le vœu de l’actuel gouvernement. Se donne-t-il les moyens de l’exaucer ? En janvier 2015, il a remplacé le droit individuel à la formation (DIF) par le compte personnel de formation (CPF), dispositif à travers lequel les formations publiques ou privées doivent justifier de leur valeur pour être agréées. Mais seuls 10 % des salariés s’y sont inscrits. Ils ne peuvent de toute façon bénéficier que d’un maximum de 150 heures, au bout de six ans d’activité.

L’article ici




Carte du réseau des CMA

Ils devaient nous sortir un réseau régionalisé, modernisé, concentré, pro quoi.

 

Le discours c’était : « on doit faire des économies »

 

Résultat : un réseau à 3 vitesses (CMAD, CMAI, CRMA, CMAR), lourd, incohérent, et plus cher.

 

Carte de France du Reseau CMA

 




LOI TRAVAIL : TOUS CONCERNÉS LE 31 MARS !

« Mais pourquoi donc vous mettez vous en grève, pourquoi manifestez vous contre la loi travail ? Vous n’êtes pas concernés !! »
Voilà ce que nous disent les Présidents des CMA lorsque nous les rencontrons pour leur exposer notre rejet de ce projet de loi et plus largement nos revendications.
Et quand on y pense c’est logique, puisqu’ils ne savent pas ce qu’est le syndicalisme de combat. Ils ne connaissent que le corporatisme, c’est leur culture. Même si tous les syndicats ne sont pas d’accord sur la stratégie à mener pour combattre ce projet, une immense majorité de salariés le rejette, globalement et beaucoup seront dans la rue le 31 mars pour le dire.

 

NOUS SOMMES, BIEN AU CONTRAIRE, TOUS CONCERNÉS !

 

Pourquoi ?

• Parce que les reculs sociaux du privé sont toujours répercutés dans nos statuts contrairement aux avancées
• Parce que l’inversion de la hiérarchie des normes concerne chacun de nous
• Parce que la destruction des garanties collectives nous concerne
• Parce que la casse des 35 heures nous touchera à coup sur
• Parce que le projet de loi sur le travail prévoit d’introduire le compte personnel d’activité (CPA) dans la Fonction Publique. Si ce cheval de Troie arrivait dans la fonction publique, il serait en réalité un nouvel outil pour individualiser les droits et casser encore les statuts, et un jour ou l’autre, le notre.
• Parce que ces attaques contre nos droits visent à nous imposer à tous la même précarité, selon les exigences des institutions internationales
• Parce que nous sommes solidaires !

Pour toutes ces raisons,
nous exigeons le retrait pur et simple de ce projet de loi.
LE 31 MARS, MANIFESTONS !
Rejoignez la CGT pour défendre vos droits, pour ne plus reculer.
MOBILISONS-NOUS !

Télécharger le tract

Adhérer