1

LES 35 HEURES, CE COUPABLE IDÉAL

En ces temps de campagnes électorales (différentes primaires pour l’élection présidentielle) s’il est un sujet qui semble faire l’unanimité dans le concert de pensée unique orthodoxe économique libérale ( qu’elle soit de droite ou de « gauche ») c’est bien celui du temps de travail.

Ne vous avisez surtout pas de remettre en cause ce concert unanime : tout est la faute des 35 heures !

Et de fait, la totalité des candidats situés dans un spectre qui irait du Parti Socialiste au Front National, remet en cause d’une manière ou d’une autre le principe de la réduction du temps de travail.

  • Le parti socialiste, par sa réforme létale du code du travail, enterre de fait les 35 heures.
  • Alain Juppé et François Fillon, les deux finalistes de la primaire de droite à l’heure ou nous écrivons ces lignes, se sont prononcés l’un comme l’autre pour la suppression pure et simple des 35 heures.
  • Quant au Front National, même si Marine Le Pen déclare ne pas vouloir supprimer les 35 heures, tout dans son programme tend à le faire dans les faits.

Pour tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues, voire de mensonges sur les 35 heures, voici une petite vidéo fort instructive, réalisée par le très intéressant site http://www.alterecoplus.fr.

Nous ne sommes pas d’accord sur ce qui est dit dans la vidéo sur le CET ( la CGT pense que ce dispositif comporte en soi un potentiel de dérives dangereuses) mais les informations de l’infographie sont très instructives.

Notez en particulier les chiffres sur le comparatif du temps de travail et de la productivité entre les différents pays développés.

 

Nous à la CGT, nous pensons que non seulement il ne faut pas supprimer les 35 heures mais qu’il faut aller plus loin !

Le travail doit se partager :

Et pour vous aider à vous en convaincre, voici 5 arguments :

 

Les 32 heures en 5 arguments

Publish at Calameo

Notre pays est un vrai paradoxe. À l’heure ou les pays Anglo-saxons se rendent compte que leur politique ultra libérale les conduit à la catastrophe et tentent de faire un peu machine arrière, nous risquons de nous engager, avec un certain nombre de candidats de la régression et de la brutalité économique, dans un chemin qui se révélera une impasse. Non, la modernité ce n’est pas revenir au XIXeme siècle !

Pour s’opposer à cela, on pourra compter sur la CGT pour aider à construire une véritable alternative, moderne, sociale, dans laquelle plus que jamais il faudra que soit :

L’HUMAIN AU COEUR DE L’ENTREPRISE